( 25 mars, 2008 )

 Tchiot cheutemi

Portrait de bébé

Fin belle ch’tchiot!

Ch’tchiot i babelle gramint, es’langue all’ va comme el’queue d’eun maguette!

Traduction!:

Le petit babille beaucoup sa langue va comme la queue d’une chevre!

( 24 mars, 2008 )

Histoires de Cafougnette

Cafougnette par Guy Dubois

La vengance est un plat qui se mange avec des oeufs.

 

Cafougnette a l’habitude de manger chez sa tante le midi, depuis que celle-ci est veuve, afin de lui tenir compagnie.
Il est très intrigué, car depuis un mois à chaque repas, sa tante mange un œuf à la coque. A la fin, il lui demande la raison.
«Té vos, tiot, tin mononque i es mort, ch’n’est point qui avot trop saqué dins s’vie !
Ch’étot un fainéant !
I n’n’a jamais foutu eun’ ramée ! I étot mate d’aller !
Mais pour lever sin coeute i n’avot point sin parel !
Un boit sans soif !
Aussi j’l’ai fait incinérer et j’ai fait mette ses chintes dins ch’sablier, pour faire cuire mes œufs ! Ch’est pour cha que j’minge des œufs à chaque arpas !
J’artourne ech’sablier !
Té n’peux point savoir el’ plaisi qu’j’ai à l’faire ouvrer !

Traduction!:


Tu vois, petit, ton oncle est mort, ce n’est pas qu’il avait trop travaillé dans sa vie !
C’était un fainéant !
Il n’a jamais rien fait ! Il était fatigué à ne rien faire. (ou en se levant) !
Un boit sans soif !
Aussi, je l’ai fait incinérer et j’ai fait mettre ses cendres dans le sablier, pour faire cuire mes œufs !
C’est pour cela que je mange des œufs à chaque repas !
Tu ne peux pas savoir le plaisir que j’ai à le faire travailler !

( 24 mars, 2008 )

Cafougnette est un galaffe.

Un cop ,au fond de l’ fosse, ches comarates à Cafougnette i ont voulu li faire eun’ farce au momint de ch’ briquet.
Y in a un qui a mis eun’ balle d’revolver intre ses tartines.
Comme ch’étot un galaffe, Cafougnette i a tout avalé et i n’ont point rigolé du tout.
El’ lind’main, Cafougnette i arrife tout triste à l’ fosse et i crottent qu’i a mal digéré.
Sin copain li demande ch’ qui s’passe.
 » Acoute, qu’i dit Cafougnette, ch’ matin in m’levant , j’ai pété un bon coup et j’ai tué min tchien ».

Traduction!:

Une fois, au fond de la fosse, les camarades de Cafougnette, ont voulu lui faire une farce au moment du casse-croûte.
Il y en a un qui a mis une balle de rivolver entre ses tartines.
Comme c’était un gourmand, Cafougnette a tout avalé et ils n’ont pas eu l’occasion de rigoler.
Le lendemain, Cafougnette arrive tout triste à la fosse et ils croient qu’il a mal digéré.
Son copain lui demande ce qui se passe.
« Ecoutes, dit Cafougnette, ce matin en me levant, j’ai pété un bon coup et j’ai tué mon chien ! »

( 24 mars, 2008 )

La reproduction des hérissons

In classe ed’ sciences naturelles, ch’professeur d’minde à Cafougnette :- Peux-tu me dire comment se reproduisent les hérissons ?
- In f’zan très attention M’sieur…

( 24 mars, 2008 )

Une mémoire de chien

( Eun’ meoire eud’ quien )

- Mi, j’comprinds pas qu’les gins i mèn’tent leus quiens au dressage. L’mien i fait des tours qu’in y a jamais appris. Quind j’rinte du gardin, mes pantouffes a son prêtes, l’jornal i est su l’tape.
- l’min dins tous les cas i fait cor miux. J’peux i commander des affaires deux-tros jours à l’avinche. Quind te n’as b’soin, ch’est fait !
- Cha, j’ai d’mal à l’croire, un quien t’i dis « fais chi, fais cha », té n’peux pas i dire , d’main té m’rapport’ras chi o bin cha !
- Bin, figure-te qu’i oublie jamais rin, j’i ai appris un truc : quind i a inne séquoi à faire, i fait un noeud à s’queue !

( 24 mars, 2008 )

PERLES DES GYNECOS DU PAS DE CALAIS in chti et in vrai !

- Quel est l’age du papa ?
- Ben, j’sais deja pas sin nom, alors eu s’n'age..?
- Votre enfant, vous l’avez allaite ?
- Nan. J’l'ai eu l’hiver.

- J’ai ete operee d’eune hernie.
- De quel cote?
- Du cote d’LENS.

- Vous allez reconnaitre l’enfant, Monsieur ?
- Ben… J’in sais rin….. J’l'ai jamais vu.

- Vous etes reglee comment ?
- Toudis par cheque, docteur.

- Euch s us enceinte.
- De combien ?
- Ben… seulemin d’min mari

( 24 mars, 2008 )

Ch’ti un jour, Ch’ti toujours

Blague à lire tout haut en mettant l’accent….

Ch’est eune femme qu’al téléphone à Nord-Eclair et cha donne cha :-Allo, ch’est Nord-Eclair ?
J’voudros mette eune annonce du décès de m’n'homme mais avint cha,
vu qu’ch’estl’première fos, dites-me combin qu’cha coûte ?

- C’est qu’en fait Madame, cela dépend de la taille de l’annonce souhaitée!

- Eune tiote, cha rira. In n’est nin riches savez !
Alors, ch’est combin pour eune tiote ?

- Pour l’annonce petit modèle, l’emplacement coûte 50 Euros
et ensuite c’est 10 Euros la ligne.
- Ah ouais quind même…..faut nin in dire d’trop alors !

- Oui, en quelque sorte !

- Attinds, laisse me réfléchir…. écris : « Paul Dupont i est mort ».

- Oui Madame, c’est noté, ensuite ?

- Après ? Ben ch’est tout, hein fiu ! J’n'ai nin grammint d’sous mi !

- Je comprends Madame, mais une seule ligne, ca fait court,
je dirais même que cela ne s’est jamais vu…

- Ouais, ben ch’est comme cha. J’nai nin les moyens,
si té n’veux nin d’mes sous, dis le !

- Euh, écoutez Madame, je comprends votre détresse et je prends sur moi,
au nom du Journal, de vous offrir une ligne supplémentaire gratuitement.

- Ah ? ben t’es un braf ti ! A ch’teure j’ai drot à 2 lines ?

- Exactement chère Madame, qu’inscris-je ?

- Ouais, attinds, j’réfléchis….,
voilà, té comminches parel :
« Paul Dupont i est mort »
et pis té rajoutes in d’zous :
« mobylette à vinte ».

Si il yen a  qui ne comprennent pas tout demandez la traduction !!

( 24 mars, 2008 )

J’aime le chti et je le laisserai pas tomber.

 

Ah bin non non que le chti i n’est pas mort, car il blogue encore, car il blogue encore…Il vit, s’adapte, se souvient de son passé sans s’y complaire, des textes anciens sont redécouverts,
des nouveaux se créent, des artistes se produisent en spectacle, des écrivains publient…

Min but est d’glicher d’sus el vague chti,
et mon seul espoir c’est qu’un jour un de mes arrières arrières petits enfants dise :
j’l’arconnos ch’est min chti grand-père, i vivot d’su la chelle côte d’iopale.
A ch’timps là i parlotent incor deux languages, el chti et pis el’patois « français ».

P’tit à p’tit, je m’raproprie min passé,
à cops d’imaches de m’infance, ed’ parfum, ed’ rigolate et d’bons souvenirs ;
l’véhicule ed tout cha, ché pon in manicrack ed’ diape, inne tartiole ed’ducasse, non ch’est le chti.

chti, mi ch’t’a querre, j’te laich’rai pon querre.

Traduction !:

Ah bien non non que le chti i n’est pas mort, car il blogue encore, car il blogue encore…Il vit, s’adapte, se souvient de son passé sans s’y complaire,
des textes anciens sont redécouverts, des nouveaux se créent,
des artistes se produisent en spectacle, des écrivains publient…

Mon seul but est de surfer sur la vague chti,
et mon seul espoir c’est qu’un jour un de mes arrières arrières petits enfants dise :
je le reconnais, c’est mon chti grand-père, il vivait sur la côte d’opale.
En ce temps, ils parlaient encore deux langages, le chti et puis le patois « français ».

Petit à petit, je me réapproprie mon passé,
à coup d’images de mon enfance, de parfum, de rigolade et de bon souvenirs,
le véhicule de tout cela, ce n’est pas un engin mécanique du diable, un crincrin de ducasse, non c’est le chti.

J’aime le chti, je ne le laisserai pas tomber.

Vous aimez le chti, dites-le !A vos claviers !

( 24 mars, 2008 )

In est chti, ein y resse tout s’vie !

Coeur en fleur

Acoute ichi em réflexion, el delai lama i dit:
Si t’eun sait pu d’uc te vas, artourne te , te verra d’uc té viend.
Mi j’fais comme li, quand j’entends ch’parlache là dérrière mi, j’martourne, à coup sûr, cha n’est un d’min coin!


 

( 24 mars, 2008 )

El’ bon sins ed’nou z’anciens.

Le chti, in va el’ définde, in a biau nou démépriser, in va pas s’ l’aicher abatte, in est fier du parlache ed’ nos taïons.


Traduction !:

Le chti on va le défendre, on a beau nous critiquer, on ne va pas se laisser abattre, on est fier de parler de nos anciens.

1234
« Page Précédente  Page Suivante »
|