( 25 mars, 2008 )

Comptine de’ch’ lapin

 

Un, deux, tros, i-étot eune fos,
Tros, deux, un tiot lapin.
Un, deux, tros, fougnant* un tro,
Tros, deux, un, dins un gardin.
Un, deux, tros, trouve un caillau,
Tros, deux, un, dur comme du tchien,
Un, deux, tros, casse el’caillau,
Tros, deux, un, avec ses dints.
Un, deux, tros, i-a pus d’caillau,
Tros, deux, un, ouais mais l’lapin.
Un, deux, tros, in s’in doutot,
Tros, deux, un, i n’a pus d’dints !

* Fougnant (fuijant) : creusant

( 24 mars, 2008 )

Din min garnier

Din min garnierEch’su si heureux, quand j’mont din min garnier
Tapissé d’toiles d’araignées
Pour y passer , on n’y a tous les russ’
Ché comme’ ech marché aux puch’
J’arvoé l’souv’nir d’mes ancêtr’
Din leu bell’vie champêtr’.
Din min garnier, y a des cartons, des vieux solés,
Des viell’ marmitt’, des vieux livr’ et des vieus papiers
Pis des mazill’ ed zou ch’l'escalier
Des vius outius, bien lourds à manier
Y a m’viell fauqueu’ el fauchill’ plein d’usur’
Ech pot à sabouret accroché, ach mur.
Din min garnier, y a lamp et des lanternes abandonnées
Ed pis qu’électricité al est arrivée
Cho qu’y a cor ed’pu biau
Ches mes colliers à qu’vaux
L’collier d’em’tit’ Bichette, qu’airl’veu s’tête
L’collier d’mint p’tit’ farot, aveucq sin garlot à sin cou.
Din min garnier, y a des bell’ tit’ souris
Aveucq des moustach’ et des p’tits yus gris
Quand j’arriv’, y m’font fêt’,
Y court, y rintr’ bien au ciau
Din des vius cotrons ou des vius capiaus.
J’en voudrais jamais fair’ ed mau
A des bell’ tit’ bêtes comm’ cho.
Din min garnier, faut vit’ travailler
Che petit’ araignées, in train d’filer
Miu qu’aveucq in métier à tisser
Ech’ l’artist ech’pu grand
y n’pourriu point in fair’ autant
Din min garnier, che tout viéseries et antiquités
Qu’j'en voudreu jamais m’séparer.
Ch’souvenir d’mes ancêtres, j’arvoé leu visag’
Y mérit’t bien qu’on respecte leu image.
J’su vraiment heureux, quand j’mont’ din min garnier
Tapissé d’toiles d’araignées.

|